Les 5 questions qu’une organisation doit se poser – #3: Si nous devions créer une nouvelle organisation, que ferions-nous ?

Clayton Christensen, enseignant de Harvard Business School, pionnier du concept d’innovation de rupture, a remarqué que les dirigeants faisaient souvent appel à certaines hypothèses (et si… ?) pour envisager plusieurs scénarii : et si nous vendions notre produit pour 1€, comment pourrions-nous le gérer ? L’objectif est de se libérer des contraintes pour embrasser une vision plus large et de nouvelles perspectives.

La question Si nous devions créer une nouvelle organisation, que ferions-nous ? est un classique qui permet de remettre en cause le modèle actuel, d’apporter un regard critique et une nouvelle approche. Selon Clayton Christensen, « ce raisonnement est très utile si vous vous attendez à un ralentissement de votre activité. Cependant, même si votre organisation est florissante, répondre à cette question peut vous permettre d’identifier de nouvelles opportunités».

Cette méthode est semblable à celle du cofondateur d’Intel, Andrew Grove, qui, au moment où il réfléchissait sur la possibilité d’abandonner certains types de puce, demanda à son associé Gordon Moore : « Si nous étions renvoyés, que ferait le nouveau CEO ? ». Ils conclurent que leur remplaçant prendrait une décision purement rationnelle et abandonnerait cette technologie sur le déclin. Cette décision fut validée et Intel se concentra sur les microprocesseurs.