Prendre de trop petits risques en matière d’innovation peut vous coûter beaucoup

Accenture vient de récemment publier une étude  réalisée auprès de 519 dirigeants de grandes entreprises américaines, britanniques et françaises dans divers secteurs sur le thème de l’innovation.

Le diagnostic est clair : les entreprises se contentent d’innovations incrémentales et hésitent à investir fortement sur des innovations de rupture. En d’autres termes, on améliore, on rajeunit l’existant (offres de produits, de services, modèle économique, méthodes managériales, etc …) plutôt que de chercher à apporter une réelle nouveauté. La raison de cette timidité est évidente : de nombreux investissements ont été réalisés auparavant pour permettre des innovations de rupture et bien souvent le retour sur investissement n’a pas été à la hauteur des attentes des entreprises.

L’étude réalisée par Accenture apporte plusieurs enseignements :

1- l’innovation est une priorité : 70% des personnes interrogées placent l’innovation parmi les 5 priorités majeures de leur entreprise.

2- l’innovation est la clé du succès à long terme : 93% estiment que la viabilité de l’entreprise à long terme passe par l’innovation.

3- le chemin de l’innovation est frustrant : seulement 18% estiment que la stratégie d’innovation de leur entreprise est source d’avantage comparatif.

4- Le time-to-market est un facteur clés de succès : 28% estiment que la durée entre la R&D et le lancement sur le marché est la principale source d’échec d’une stratégie d’innovation.

5- la personnalisation est un premier pas vers l’innovation : 97% des personnes interrogées déclarent que la personnalisation est une part importante de la stratégie d’innovation de leur entreprise.

6- l’innovation frugale permet de s’attaquer aux marchés émergents : pour 56% des personnes interrogées, l’innovation frugale qui consiste à simplifier et réduire les coûts d’un produit ou d’un service spécialement pour les marchés émergents, est un enjeu critique de la stratégie d’innovation.